Loading…
For a better experience please change your browser to CHROME, FIREFOX, OPERA or Internet Explorer.
Automobile : comment expliquer la durée de livraison des véhicules neufs et la flambée des prix de l’occasion ?

Automobile : comment expliquer la durée de livraison des véhicules neufs et la flambée des prix de l’occasion ?

Quatre mois d’attente pour certains modèles, près d’un an pour d’autres. La pénurie mondiale de semi-conducteurs a mis les chaînes de production à l’arrêt. Les concessionnaires régionaux tentent de s’adapter. 

Commander une voiture neuve aujourd’hui vous laisse quasiment le temps de construire une maison avant la livraison… On exagère à peine tant les délais ne cessent de s’allonger.

En cause, la pénurie mondiale de semi-conducteurs et composants électroniques qui oblige les constructeurs à ralentir leur production et à livrer au compte-gouttes. Le délai moyen d’attente en France pour recevoir son véhicule était de quatre mois avant la crise sanitaire. Il est aujourd’hui d’environ 160 jours à la date de la signature, soit plus de cinq mois.

Jusqu’à 14 mois d’attente selon les modèles 

Une moyenne qui peut s’allonger allègrement en fonction de la marque, du modèle et des options souhaitées (voir infographie ci-contre). 12 à 14 mois pour une Audi, 9 mois pour une BMW. Même la Dacia Sandero, véhicule le plus vendu en France en 2021, affiche un délai d’attente de quatre mois. 

“En temps normal, nous avions un parc disponible de 300 véhicules neufs. Actuellement le constructeur ne fonctionne que sur commandes”, explique Marine Millot, responsable marketing des Grands Garages du Gard, concessionnaire Peugeot et Opel à Nîmes. “Il faut attendre septembre pour recevoir une 208 électrique, février 2023 pour une 308 hybride ou une corsa. Et encore, nous ne sommes pas les plus mal lotis.”

En fait chaque marque priorise certains modèles au détriment d’une partie de la gamme. Conséquence : alors qu’il tournait à 300 véhicules livrés et payés par mois, le concessionnaire a vu ce débit quasiment divisé par deux.

Les délais s’allongent pour les électriques et hybrides

Du côté de la branche régionale de Mobilians, syndicat des métiers de la distribution et des services de l’automobile, on ne peut que constater le dérèglement de toute la chaîne de production : “Les constructeurs coréens devraient être moins impactés car ils ont leurs propres usines de semi-conducteurs mais comme ils font face du coup à une plus forte demande, leurs délais s’allongent également.”

 La quête de véhicules électriques ou hybrides est aussi  “très nettement en hausse depuis le début de la guerre en Ukraine et la crise des carburants”, note encore Marine Millot, ce qui allonge considérablement les délais – sept à huit mois – pour ce type de modèle et pour les motorisations bioéthanol, également très demandées.

“Les concessionnaires doivent garder dans leur hall quelques véhicules de démonstration qu’ils ne peuvent pas vendre et ça les gens ne le comprennent pas, explique Michel Anduze, responsable de la communication de Mobilians. Le client doit s’adapter, parfois accepter une couleur qui n’était pas celle souhaitée au départ.”

Pas d’amélioration avant le printemps 2023

Dans ce contexte, nombre d’acheteurs se reportent sur le marché de l’occasion où les prix flambent. Les concessions en ont profité pour écouler leurs stocks d’autos possédant peu de kilométrage. “Mais avec peu d’achats de neuf, le parc d’occasion ne se renouvelle pas, c’est le serpent qui se mord la queue”, déplore Michel Anduze qui ne constate pourtant pas de menace immédiate pour l’emploi : “Il y a des craintes, notamment pour les postes de commerciaux mais je n’ai pas eu d’écho d’activité partielle.”

Autre conséquence, des annulations de salons de l’auto, comme celui de Perpignan, faute de véhicules à exposer. “Tous les métiers périphériques, liés à la préparation des véhicules neufs, sont également impactés”, précise Michel Anduze. Selon les prévisions les plus optimistes, la situation sur le marché des semi-conducteurs, ne s’améliorera pas avant le premier trimestre 2023. d’autres prédisent des jours de vache maigre jusqu’en 2024. Les concessionnaires n’ont sans doute pas fini de manger leur pain noir.

Le marché de l’occasion rafle la mise

Faute de pouvoir disposer dans un délai raisonnable d’un véhicule neuf, beaucoup d’acheteurs se sont tournés vers le marché de l’occasion. Simplicicar, qui propose de vendre votre véhicule sur le modèle d’une agence immobilière, a ainsi enregistré une hausse de 30 % de son activité.

“Beaucoup d’acheteurs se tournent sur du quasi-neuf, des voitures ayant moins de 10 000 km au compteur avec une garantie constructeur et de nombreuses options, explique Carl Deichtmann (photo ci-contre), gérant de Simplicicar Montpellier. De moins en moins d’acheteurs sont prêts à perdre 30 % de la valeur du véhicule en roulant seulement 2000 km.”

Cet effet de compensation s’inscrit dans une tendance déjà à la hausse pour le marché de l’occasion, qui pourrait toutefois subir un contrecoup d’ici quelques mois puisque les cessions de véhicules de particuliers vont elles aussi être ralenties par les pénuries du neuf.

“Peut-être allons nous le sentir d’ici un ou deux ans mais cela ne nous inquiète pas trop car nous travaillons sur des véhicules qui peuvent aller jusqu’à 10 ans et 150 000 kilomètres”, estime Carl Deichtmann.

Read More

leave your comment


Your email address will not be published.