Ces chiffres comprennent les dégâts causés aux habitations, aux automobiles, aux biens professionnels et agricoles, dont les récoltes, précise France Assureurs.

Les intempéries survenues entre le 2 et le 5 juin, qui ont occasionné 258 000 sinistres dans plusieurs régions de France, devraient coûter 940 millions d’euros, selon une première estimation publiée mercredi 22 juin par France Assureurs, la fédération professionnelle des assureurs.

C’est la deuxième vague de fortes intempéries après celle qui a eu lieu entre le 20 et le 23 mai, avec à la clé 93 000 sinistrés, pour des dommages estimés à 323 millions d’euros. Le montant total des dégâts est désormais estimé à plus de 1,2 milliard d’euros en quinze jours.

Ces chiffres comprennent les dégâts causés aux habitations (410 millions d’euros), aux automobiles (370 millions d’euros), aux biens professionnels (90 millions d’euros) et agricoles, dont les récoltes (70 millions d’euros), précise France Assureurs dans un communiqué.

Lire aussi : Dans le Sud-Ouest touché par de violents orages accompagnés de grêle, les pompiers sont intervenus près de 1 500 fois dans la nuit

Buy cannabis online in USA 65 départements touchés par les intempéries

L’état de catastrophe naturelle avait été reconnu le 12 juin dans plusieurs communes du Massif central, de l’Ile-de-France ou du sud-ouest de la France, sinistrées par des inondations, de la grêle ou des coulées de boue. En tout, 65 départements ont été touchés par ces intempéries, qui ont fait un mort et quinze blessés.

« Ces deux épisodes météorologiques qui ont traversé la France ont eu des conséquences dramatiques pour nombre de nos concitoyens », a déclaré la présidente de France Assureurs Florence Lustman, précisant que la fédération apporterait son soutien aux assurés.

Par ailleurs, de violents orages de grêle ont fait de gros dégâts matériels en Saône-et-Loire et dans l’Allier, où les pompiers sont intervenus à des centaines de reprises, ont fait savoir mercredi matin les secours et des élus locaux. En fin de journée mardi, « on a eu un orage d’une violence inouïe, avec des grêlons d’une taille qu’on n’avait jamais vue de mémoire d’habitants », a déclaré Fabien Genet, sénateur de Saône-et-Loire et élu chargé de la sécurité à Digoin dans le secteur du Charolais, très touché.

Buy cannabis online in USA Des centaines de toitures endommagées

Dans le centre historique de la ville, en bord de Loire, des grêlons de la taille d’une balle de ping-pong ont fracassé les toitures d’habitations et de bâtiments publics, haché les arbres, et les pare-brise de nombreuses voitures n’ont pas résisté.

Même constat autour de la commune voisine de Paray-le-Monial. Les pompiers sont intervenus à plus de 500 reprises depuis mardi soir pour bâcher en urgence des toitures endommagées. « Notre inquiétude, c’est que de nouveaux orages sont annoncés pour ce [mercredi] soir et jusqu’à vendredi, c’est une course contre la montre pour les secours », a ajouté le président du département.

Dans l’Allier, un violent orage de grêle a également touché l’est de Moulins mardi soir, un secteur où les pompiers ont procédé à 145 interventions sur les communes de Jaligny-sur-Besbre, Thionne, Saint-Voir, principalement pour des bâchages de toitures endommagées. Selon un pompier du centre opérationnel départemental d’incendie et de secours (Codis), des personnes ont été choquées sur la route par la violence de l’épisode. Le 4 juin, un orage avait déjà causé d’importants dégâts dans la zone de Vichy, plus au sud.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Un week-end inédit de canicule précoce en France, ponctué par des orages

Le Monde avec AFP

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.