Loading…
For a better experience please change your browser to CHROME, FIREFOX, OPERA or Internet Explorer.
Les ventes à l’export tirées par les phosphates, l’automobile et l’agriculture

Les ventes à l’export tirées par les phosphates, l’automobile et l’agriculture


En progression de 41,2%, les exportations de marchandises ont atteint 215,1 milliards de dirhams à fin juin

Les ventes à l’export tirées par les phosphates, l’automobile et l’agriculture

Dans sa note de conjoncture du mois d’août (N°306), publiée récemment, la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) indique que les exportations de marchandises ont progressé de 41,2% au terme du premier semestre 2022 atteignant 215,1 milliards de dirhams. L’analyse des données montre que «cette hausse a concerné la totalité des secteurs, plus particulièrement les phosphates et dérivés, l’automobile, l’agriculture et agro-alimentaire et le textile et cuir», a fait savoir la DEPF relevant du ministère de l’Economie et des Finances précisant qu’hors OCP, les exportations se sont renforcées de 30,1% pour atteindre 157,6 milliards de dirhams. Suite, exclusivement, à un effet prix, il a été constaté que les ventes de phosphates et dérivés ont poursuivi leur progression considérable de 84,3% à 57,5 milliards de dirhams, selon la note de conjoncture soulignant ainsi que les exportations ont bondi de 58,9% pour le phosphate brut et de 56,4% pour l’acide phosphorique. Grâce à l’effet prix qui a plus que doublé, les exportations des engrais naturels et chimiques ont de leur côté enregistré une augmentation de 100,2%, a indiqué la DEPF notant toutefois que leurs quantités exportées sont en baisse de 14,8%. «De ce fait, la part du secteur des phosphates et dérivés dans l’ensemble des exportations s’est accrue pour se situer à 26,7% contre 20,5% un an auparavant», a affirmé la DEPF déduisant que le secteur a ainsi conservé sa place de premier secteur exportateur du Maroc. A 52,8 milliards de dirhams, les ventes du secteur de l’automobile ont crû à leur tour de 30,1%, au point de dépasser leurs niveaux enregistrés durant la même période entre 2018 et 2021. Cette hausse s’explique principalement par l’accroissement des ventes de construction (+54,7%), a justifié la note de conjoncture faisant néanmoins remarquer que la part des ventes de ce secteur dans le total des exportations a reculé de 2,1 points (24,6% à fin juin 2022 contre 26,7% à fin juin 2021). Les exportations du secteur de l’agriculture et agro-alimentaire sont ressorties pour leur part à 46,3 milliards de dirhams, après une progression de 24,8% résultant de la hausse simultanée des ventes de l’industrie alimentaire (+30,8%) et de celles de l’agriculture, sylviculture et chasse (+19,1%). S’agissant des exportations de textile et cuir, les données suggèrent qu’elles se sont accrues de 32,4% à 22,2 milliards de dirhams, suite à la hausse des ventes des principaux segments de ce secteur. En l’occurrence, les vêtements confectionnés (+36,3%), les articles de bonneterie (+27,4%) et les chaussures (+27,9%). Quant aux exportations du secteur de l’aéronautique, la DEPF constate qu’elles ont dépassé leurs niveaux enregistrés durant la même période entre 2018 et 2021, après avoir crû de 62,5% à 10,9 milliards de dirhams. Selon la note de conjoncture de la DEPF, «cette évolution recouvre une hausse des exportations relatives à l’assemblage de 73,1% et de celles de l’EWIS de 43,2%». La part de ces ventes dans le total des exportations gagne 0,7 point (5,1% à fin juin 2022 contre 4,4% à fin juin 2021). Sous l’effet de la progression des ventes des composants électroniques (+64,8%) et des fils et câbles (+28,7%), «les exportations du secteur de l’électronique et électricité ont également affiché un bon comportement avec une hausse de 31,8% à 8,6 milliards de dirhams», tandis que les exportations des autres industries ont bondi de 22,6% pour atteindre 13,7 milliards de dirhams. On retiendra par ailleurs de cette note de conjoncture que le déficit commercial s’est détérioré au terme du premier semestre 2022. En effet, selon la Direction des études et des prévisions financières, il s’est creusé de 48,7% pour s’établir à 150,5 milliards de dirhams. «Cette évolution s’explique par une progression des importations (+44,2%) plus importante que celle des exportations (+41,2%), ramenant ainsi le taux de couverture de 60,1% à 58,8%», a souligné la DEPF dans sa note de conjoncture.

Read More

leave your comment


Your email address will not be published.